fav
Artiste:
Type:
Date:
Titre / Artiste
Date
 Type 
Conférence de presse avec LM.C à Paris
Date: 2009.03.01
 Conference 
Artiste:   LM.C  
 
Conférence de presse avec LM.C à Paris - 02.02.2009

Après leur concert sold-out à LaLoco, qui a sans doute marqué de nombreux esprits, qu'ils soient européens ou japonais, nous retrouvons Maya et Aiji, tranquilles, professionnels mais un peu fatigués par la tournée dans la salle de conférence improvisée dans le lobby de leur hôtel. Les journalistes de Nippon Project, Orient-Extrême, Japan Lifestyle et d'une radio freelance s'installent en face de leur table et les questions commencent.

Pour commencer, hier soir Maya a demandé à la foule que ce concert parisien soit leur meilleur de la tournée; est-ce que cela a été le cas ?
Maya : Oui. En fait, que ça soit Paris ou pas, on voudrait toujours faire le meilleur mais hier, on pouvait vraiment ressentir l'énergie des fans, entendre leurs cris, même avant que le concert commence, donc ça a vraiment été le meilleur concert de cette tournée.

Avez-vous été surpris de faire un sold-out ?
Aiji : Notre première réaction a d'abord été de la joie, parce qu'on ne savait pas qu'on avait autant de fans. Ensuite oui, on a été surpris, et inquiets de savoir si ça allait aller.
Et est-ce que vous vous attendez à d'autres sold-out pour la fin de la tournée ?
Maya : Il y en a déjà non ?
Aiji : Oui, celui en Finlande, ça m'a aussi surpris. (la traductrice explique que les places se sont toutes vendues en deux jours) Je ne comprend pas très bien pourquoi.

Pensez-vous que l'Europe soit un bon parti pour la musique de LM.C ? Etes-vous content de faire partie des artistes japonais de plus en plus en vogue ici ?
Aiji : Hum... Ca serait mentir que de dire qu'on ne pense pas pouvoir s'implanter ici (rires).
Maya : Au début de LM.C on ne pensait pas vraiment à se produire en Europe, mais avec cette tournée, on a pu constater qu'on était attendu, qu'on avait des fans et ça nous a donné envie de saisir cette chance.
Aiji : Ce n'est que notre toute premièer tournée ici, donc à partir de maintenant les choses vont devenir plus faciles pour nous sur ce marché.

Justement, avant même d'avoir le projet de venir en Europe, receviez-vous déjà beaucoup de demandes de la part des fans étrangers ?
Aiji : Oui, on en avait vraiment beaucoup. D'ailleurs la plupart venaient de France.

Comment vous sentiez-vous avant de monter sur scène hier ?
Maya : J'essayais de me dire "ça y est je suis à Paris !". Comme on a pas du tout le temps de faire du tourisme ou autre, c'est un peu dur de réaliser à chaque fois où nous sommes. Et surtout hier, j'ai vraiment essayé de me mettre dans l'ambiance.
Aiji : Comme l'a dit Maya, on a pas trop le temps de faire du tourisme et de voir à quoi ressemble l'endroit où nous jouons, donc chaque concert devient pour nous la représentation que l'on se fait de chaque pays. Alors on fait en sorte que chaque concert soit le meilleur pour en avoir le meilleur souvenir.
Est-ce que vous avez un porte-bonheur ou quelque chose que vous faisez toujours avant de monter sur scène ?
Maya : (refléchit un peu) Hum, en ce qui me concerne, avant de monter sur scène, je me regarde dans le miroir.
Aiji : (se moque gentiment) "Aujourd'hui, je suis cool~"
Maya : Oui. Un peu comme ça (rit). Je me met en condition avant de monter sur scène.
Aiji : Moi, je discute un peu avec les membres de session.

Pourquoi avez-vous fait des rappels pendant vos concerts à l'étranger, alors que vous n'en faites pas habituellement au Japon ?
Aiji : Au Japon, on en fait pas parce qu'on sait qu'on va vite se retrouver lors d'autres concerts avec les fans. Mais en Amérique du Sud et en Europe, même si on a envie de revenir, même si ça va probablement se faire, on ne sait pas exactement quand ni avec certitude, donc pour ces occasions spéciales on a décidé de faire des rappels.

A propos des membres de session; maintenant que LM.C est un groupe bien lancé, pourquoi ne pas choisir de membres offciels ?
(le groupe rigole un peu, puis se concerte)
Maya : Bon, maintenant, on y pense pas mais au tout début de LM.C on a effectivement cherché des membres qu'on puisse intégrer au groupe, mais sans trouver quelqu'un qui nous convenait, on s'est donc dit qu'on le ferait à deux. Puis sur scène et en studio on a trouvé des musiciens avec qui on s'entend bien, comme on se voit souvent, c'est un peu comme s'ils faisaient partie du groupe officiellement. Mais bon, sinon, rien n'est prévu pour le moment.
Pouvez-vous nous dire comment vous les avez rencontrés ?
Aiji : Ce sont des amis d'amis, ou des amis qui nous les ont présentés. On les a choisis selon qu'on se sentait bien avec eux sur scène, avec qui l'ambiance nous plaisait.
Maya : Un peu comme un casting.

D'ou vient votre lapin logo ?
Maya : Ah, ça, c'est inspiré d'un vieux dessin que j'avais fait chez moi un jour, quand j'habitais à la campagne. Mais ce n'est pas un lapin ! Même si ça y ressemble (rires)
Qui est Denki-man, qui apparaît sur scène et dans vos clips ?
Maya : A votre avis ?
Un mood-maker ?
Maya et Aiji : Oui, c'est ça. C'est un peu notre mascotte. On s'est dit que ça serait bien de l'intégrer au groupe, ça collait bien à l'image qu'on voulait.

Pouvez-vous nous parler un peu du processus de création de vos chansons ?
(temps de reflexion)
Maya : C'est tout simple, on crée chacun nos chansons de notre côté, puis on les enregistre au studio.
Aiji : On se les échange, on les modifie un peu selon nos goûts, mais on peut dire qu'elles sont déjà presque finies.
Et d'où tirez-vous votre inspiration en ce qui concerne les paroles ?
Maya : En ce qui me concerne, j'écris les paroles en même temps que je crée la chanson; et quand il s'agit d'une chanson d'Aiji, je les écris après l'avoir écoutée. Il y a quelques chansons dont le thème me concerne personnellement mais en général, j'écris sur plein de choses, ça dépend de la mélodie.

Votre succès repose beaucoup sur vos vidéos. Vous travaillez toujours avec le même réalisateur. Comment l'avez-vous rencontré ?
Aiji : On voulait quelqu'un du même âge que nous, et son travail nous plaisait donc on a décidé de travailler ensemble. En ce qui concerne la création, on lui dit nos idées et il parvient à tout mettre en forme, et ajouter sa propre vision de notre monde pour le rendre en vidéo. On s'entend très bien à ce niveau.
Pour Sentimental Piggy Romance, l'idée de faire un clip en animation venait de vous ou de lui ?
Aiji : Oui, on pensait que ça collerait bien à la mélodie et aux paroles, mais on ne connaissait personne qui sache faire des animés. En en parlant avec notre réalisateur, il nous a trouvé un designer.

Comment travaillez-vous votre style ?
Maya : En ce qui concerne mon caractère ? (dû à un malentendu dans la traduction)
Aiji : Il n'est pas du tout différent en vrai ! (éclate de rire)
Maya : Oui c'est vrai (rit). Mais en ce qui concerne notre style vestimentaire, c'est suivant ce que nous aimons porter dans la vie de tout les jours, des vêtements dans lesquels on se sentent bien et ont du style.

On pourrait dire que Maya est devenu chanteur par défaut. Aujourd'hui, vous sentez-vous plus "chanteur" que "guitariste" ?
Maya : Au départ nous avions aussi cherché un chanteur, lors de nos entrevues, car je devais être guitariste au début, mais donc on a pas trouvé la bonne personne à ce moment-là. Sur les démos que j'avais faites, je chantais moi-même donc on s'est dit que ça serait bien comme ça, et depuis c'est resté ainsi.
Si vous trouviez le bon chanteur, lui laisseriez-vous votre place ?
(rires)
Maya : Oui, je la lui laisse sans problèmes ! Si il y a le bon feeling, il n'y a pas de problème.
Et pourquoi ne chantez-vous pas tout en jouant ?
Maya : En fait... j'arrive pas à faire les deux à la fois. (rires) Et puis aussi, je trouve que c'est plus cool de juste chanter, je n'arrive pas très bien à m'imaginer faire les deux.

Quelle est la chanson qui vous ressemble le plus parmi celles de LM.C ?
(silence et reflexion...)
Maya : Ouais mais... je les aime toutes ! Ca me surprend moi-même. Mais bon, par exemple lors du concert d'hier, celle que j'ai le plus aimé en termes d'ambiance, c'est Oh my Juliet.
Aiji : Je n'arrive pas à me décider... quand je passe une chanson à Maya, c'est qu'elle me plaît déjà, donc autant dire que je les aime toutes !
Justement à propos de Oh my Juliet, quel effet celà vous a-t-il fait d'entendre les fans chanter par coeur sur le refrain hier ?
Maya : Plus que de la surprise, j'ai plutôt été ému, et heureux. Que tout le monde chante alors qu'ils ne parlent pas japonais...
Et en parlant de preuve d'affection, hier, un garçon vous en a montré une belle ! (ndr : un fan a grimpé sur la scène pour prendre Maya dans ses bras)
Maya : (rigole un peu nerveusement) Au début en fait, j'ai cru que c'était Aiji qui était tombé de la scène et qui tentait de remonter. J'ai été surpris, puis en regardant mieux, j'ai vu quelqu'un qui me ressemblait...! Je n'ai rien compris (rires). C'est la première fois que ça arrive.
Aiji : En plus c'était un garçon. (rires)
Maya : Oui. Dommage.

Avez-vous une chanson, tous styles confondus, que vous aimez par dessus tout ?
(un nouveau moment de reflexion intense s'en suit)
Maya : La meilleure...
Aiji : Ca fait un peu "quelle chanson vous aimeriez qu'on joue à vos funérailles" ! (rires)
(rires) Non, plutôt du genre, celle dont vous ne vous lassez pas, qui vous met la pêche...
Maya : Y en a plein, mais le tout premier CD que j'ai acheté dont je me souvienne, c'était le générique de Ranma 1/2. Mais je l'écoute plus hein !
Aiji : (reflechit) Bon, l'an dernier, celle que j'ai le plus écouté, c'était No one de Alicia Keys. J'ai adoré.

Quel mot français avez-vous retenu ?
Aiji : "Merci"
Maya : "Filles" (rires) entre-autre.

Un mot pour la fin, peut-être ?
Maya : Merci.
(rire général)
Maya : Non, sérieusement, c'était un super concert hier, je vous remercie vraiment d'être venus et je vous attends la prochaine fois aussi ! Et n'hésitez pas à nous envoyer plein de lettres.
Aiji : On reviendra sûrement en France, et nos prochains CDs sortiront ici également; je compte sur vous pour nous encourager et faire connaître notre musique ! Merci.


Remerciements : LM.C, Ponycanyon, Soundlicious, all medias
auteur: shusama
dernière mise à jour: 2009-10-27