fav
Artiste:
Type:
Date:
Titre / Artiste
Date
 Type 
Conférence de presse avec - OZ -
Date: 2011.01.26
 Conference 
Artiste:   -OZ-  
Date of Conference: 2011.01.21
Le 21 Janvier 2011, - OZ - débarquait en France pour son ton premier show parisien. Juste avant leur concert, le groupe accordait une vingtaine de minutes aux divers reporters présents lors de la conférence, pour répondre à leurs questions...


Depuis vos débuts en 2004, vous avez sortis de nombreux maxi-singles, mais votre premier gros album, Versus, ne voit le jour qu'en 2009. Comment expliquez-vous cela ?
Natsuki : Cela a prit un certain temps... Mais nous voulions avoir les meilleures chansons, et faire parfaitement toutes les chansons des singles. C'est pourquoi cela à prit du temps pour le faire, parce que nous voulions que le premier album soit vraiment bon, qu'il n'y ai pas juste quelques chansons agencées comme ça, mais des chansons parfaites.

Pourriez-vous expliquer l'univers de – OZ - ?
Natsuki : Nous avons la beauté de la musique, et le côté sauvage de quand nous jouons ensemble... C'est ça, OZ -. La beauté associée à la violence, à la puissance.

Quel est votre avis à propos du jeune public français, qui apprécie la musique japonaise et le style visual kei ?
Natsuki : En fait, nous en sommes vraiment très heureux, même si le public est très jeune. Ça ne nous pose pas de problème qu'il soit vieux ou jeune... En fait, il y a beaucoup de gens du monde entier qui écoute notre musique, et nous en sommes très fiers. Donc... Oui, ceux qui écoutent notre musique en dehors du japon nous rendent vraiment heureux.

Pourquoi avoir appelé votre second album Rouge ?
Natsuki : Bonne question... * rire * Quand une petite fille grandi, elle commence à se maquiller. Elle se tient devant le miroir, et elle met du rouge sur ses joues (du blush). Ainsi vous avez le premier album, puis le second album qui signifie que nous avons grandi, et que nous passons à l'étape suivante. C'est comme mettre du rouge sur les joues de cette petite fille qui a grandi.

C'est votre première tournée européenne, et les concerts sont très rapprochés. Vous n'avez que peu de jours pour vous reposer. Comment vivez-vous cette tournée ?
Natsuki : Nous allons tous bien...
Nao : Nous allons bien, mais nous sommes un peu inquiet pour la voix de Natsuki. Parce que chanter tous les soirs rend sa voix un peu voilée.
Natsuki : Depuis que nous sommes en dehors du japon, je suis vraiment intéressé par la culture européenne, plus spécialement par les langues étrangères. Je veux tout savoir, donc je demande beaucoup, je parle beaucoup... Je parle anglais... et hier, je parlais finlandais. J'essaye toutes les langues, et tous le monde me dit que je ferais mieux de me taire ! * rire *

Vous allez sortir un nouveau mini-album bientôt. Sera-t-il dans la même orientation musicale que Rouge ou allez-vous essayer d'explorer de nouveaux horizons ?
Tama : Nous ne savons pas pour l'instant, mais nous allons faire encore d'autres retouches, en mettant un peu de Rouge ou autre chose... Nous ne sommes pas encore sûr... Peut être que la tournée amènera un plus pour ce mini-album.

Vous avez récemment sorti un best-of. Comment avez-vous choisit les chansons que vous avez mit sur ce best-of ?

(Natsuki a comprit la question et veut répondre en anglais. La traductrice essaye de l'en empêcher en souriant, et Nao lance un « Be quiet » qui fait rire tous le monde. Natsuki commence alors à répondre en anglais).

Natsuki : Premier single, première chanson, deuxième single, deuxième chanson,... C'est comme pour retracer notre propre histoire, l'histoire de nos chansons, notre discographie.

Vos chansons reflètent-elles vos propres pensées ? Quelle sont les histoires de vos chansons et contiennent-elles des faits qui vous sont déjà arrivés ? Ou illustrent-elles uniquement des cas généraux ?
Natsuki : Nous faisons moitié-moitié. Une partie représente nos expériences, et ce que nous pensons, et l'autre moitié est fiction. S'il y a trop de fiction, les gens ne peuvent pas comprendre, ça irait trop loin pour eux. Et nous voulons être proches des personnes qui nous écoute... C'est pourquoi, quand j'écris une chanson, il y a toujours à la fois une part de fiction et une part de réalité.

De part cette tournée si serrée, je suppose que vous n'avez pas vraiment eu le temps de visiter les pays par lesquels vous êtes passés. Cependant, que pensez-vous de Paris et de la France ? Aviez-vous des préjugés avant de venir dans notre pays ?
Nao : Au Japon, nous connaissance Paris et la France via la télévision, ou grâce à des films. Et maintenant, c'est comme si nous étions nous-même dans un film ! C'est vraiment cool !
Natsuki : Je veux vraiment vraiment voir l'Arc de Triomphe. Nous n'avons pas beaucoup de temps, mais je veux vraiment voir ça parce que c'est un but que je me suis fixé en venant à Paris. J'aimerais voir ça avant de rentrer chez moi. Je sais que nous n'avons pas le temps, mais je veux le voir quand même.

Quelle est la différence entre le public japonais et européen ?
Natsuki : Même si nous ne comprenons pas la langue et que nous ne pouvons pas parler avec le public, nous sentons que nous devons nous exprimer par les sentiments et les émotions, et c'est très bon pour nous. Parce qu'au Japon, nous devons vraiment parler beaucoup, parler au public avec de vrais mots, alors qu'ici on peut se passer de mots.
Nao : La différence entre les public, c'est aussi... Les européens, s'ils aiment le groupe, ils le montrent, même si c'est une seule personne. Ils crient, ils disent « Nous vous aimons ! ». Au Japon, le public est un peu en retrait. Bien sûr ils aiment le groupe, mais ils ne peuvent pas trop le montrer. C'est vraiment différent, parce que le public européen est sauvage, très bruyant alors qu'au Japon c'est beaucoup plus discret.

(C'est la fin de la conférence)

Natsuki / Nao / Tama / Aki / Zukki (en français) : Merci !
Journalistes : Merci.
Natsuki (en français): De rien !


Nous remercions l'équipe de Râmen Event et de CLJ Records pour avoir rendu cette conférence possible.
auteur: kyanMello
dernière mise à jour: 2011-05-26