fav
Artiste:
Type:
Date:
Titre / Artiste
Date
 Type 
La neuvième note des °C-ute
Date: 2016.01.29
 CD 
Artiste:   °C-ute  
Date of Release: 2015.12.23
Le 23 décembre dernier sortait le 9ème album des °C-ute, °Cmaj9, sous le label Zetima, deux ans et demi après ⑧ Queen of J-pop. Il a d’ailleurs atteint la 8ème place au top Oricon. La composition de l’album est assez spéciale : tous les singles sont à la fin de l’album (de la piste 8 à 18) et toutes les premières chansons sont des nouveaux titres, en oubliant bien sûr les deux remix de fin. Chaque membre aura d’ailleurs sa chanson comme sur le précédent album. Le titre, °Cmaj9, fait référence à une note musicale puisque le C signifie Do. L’album est globalement bon mais aurait pu être mieux sans cette disposition et avec plus de nouvelles chansons.


Deux chansons m’ont beaucoup plus : Jounestu Ectasy et I miss You (single).

Jounestu Ectasy: c’est la chanson choisie pour le 10ème anniversaire du groupe et qui bénéficie d’un musicien de talent, le guitariste Marty Freidman, qui sublime la piste, notamment lors de l’intro et de l’outro en totale harmonie avec le choeur, ou encore lors des solos. Le morceau est surprenant, vif, énergique, agressif (dans le bon sens du terme), plus mature, assez fou, bref il envoi du lourd, et ce dès les premières notes. La chanson reste en tête et on apprécie plus particulièrement la voix de Saki. Un titre idéal pour le live !

I Miss You: les filles font un retour en force après un titre précédent (kanashiki heaven) plutôt décevant. La chanson est originale, plus calme. La mélodie, elle, est pop, un brin électro et dominée par le synthé. Les refrains sont particulièrement sublimes surtout avec les voix en canon ou crescendo. Elle est unique, magique.


Parlons ensuite de l’intro et de l’outro de l’album : °Cmaj9. Un titre a cappella, harmonieux, très léger, original, très court (30secondes), dynamique et rythmé par les claps des filles. Les paroles, quant à elles, sont un peu banales et répétées en boucle. Quant à l’outro, elle a été arrangée. Elle est plus lente, plus blues/R&B avec les voix toujours en canon. La piste se termine d’ailleurs par un Thank you de la part des filles. C’est une façon intelligente de finir un album.


Ensuite, j’ai quelques réserves sur certains titres :
Digitalic→0 (LOVE): l’un des seul nouveaux titres que je n’apprécie pas vraiment. L’intro est ponctuée de dubstep, la mélodie est électro, saccadée, et l’auto-tune et les voix modifiées sont agaçantes au bout d’un moment. Le refrain est particulièrement brouillon. Seul petit point positif : les voix qui susurrent en fond sonore et le côté fun du morceau.

Aitte Motto Zanshin: le morceau est un peu brouillon quoique énergique, pop/dance/électro, rythmé par les beats et le synthé dont celui-ci, malgré son entrain, est un peu saccadé. Il peu attirer notre attention mais vite nous lasser. Il a un coté mystérieux, étrange et les refrains sont plus agressifs, plus angsty que les couplets. Un petit passage nous surprend aussi vers 3min03, ressemblant à la chanson Aa yoru ga akeru des Berryz Kobo.

Kanashiki heaven: un morceau chanté à 90% par Airi et Chisato, les autres font partie des choeurs. Le titre est propre, la qualité est là mais pas le style de la mélodie (pop/dance). L’intro a quelques connotations hispaniques (notamment avec la guitare) et d’autres instruments s’installent au fur et à mesure comme les hauts-bois. Il n’apporte pas vraiment à l’album. Il est un peu quelconque.

The middle Management: un titre une nouvelle fois dance/électro (trop) avec quelques effets vocaux (Mai et Saki) ainsi que des beats. Une chanson plus classe, plus mature mais moins puissante. L’air n’est pas très intéressant mais bien adapté à une chorégraphie donc parfait pour le live. Un morceau sympa mais dont on se lasse vite encore une fois.

Iron heart: un titre utilisé pour la promotion de l’album. Un morceau énergique, rythmé, entraînant, surtout les refrains où les "ohh yeah !" et les passages à la guitare sont prenants. Il y a d’ailleurs l’apparition d’une voix masculine dans les choeurs. Une piste qui nous fait bouger, qui nous remplit de bonheur avec son coté cute et qui aura plus d’ampleur lors d’un live.

Otoko to onnna no forever: c’est la première chanson consacrée à Chisato. Les instruments donnent un coté mystérieux, chic, surtout lors de l’intro. J’ai une préférence toutefois pour les couplets surtout avec cet air jazz et cette ambiance sexy. Une bonne découverte !

Urayanjyau: cette chanson possède une intro et une outro magnifiques qui tirent un peu vers la K-pop. Légère, inhabituelle, un brin sensuelle surtout avec le choeur en fond sonore et la voix d’Airi qui complète la chanson (même si elle mérite mieux). Les refrains sont particulièrement réussis.

Yokaze no Message: une ballade dédiée à Maimi, avec plus d’émotions (intro et de beaux moments piano/voix) notamment lors des refrains. Elle pourrait servir de générique à un drama, à un film ou à un animé. Elle est toutefois moins accrocheuse mais nous conquit malgré sa simplicité et son calme.

Tokai no Hitori Gurashi: un morceau plus optimiste, soigné, original, très entraînant, surtout avec les riffs de guitare et la présence de cuivres qui donne un coté jazzy à cette mélodie pop. Même si on a quelques réticences pour les refrains, la voix de Maimi est très agréable surtout avec les choeurs. Ce titre nous prouve que les membres ont bel et bien grandi.

Kokoro no Sakebi wo Uta ni Shitemita: le titre, même s’il se veut optimiste, nous parait un peu mièvre, fleur bleue. La chanson est intéressante, surtout la voix de Chisato, mais manque un peu d’artifices. Elle a un coté frais, mignon, pop, dynamique (le fond sonore fait penser à du para para) mais est un peu répétitive à la longue.

Love take it all: une piste dance dont les stars sont Chisato, Maimi et Airi (voix fortes). Une chanson pop/electro accrocheuse mais un classique pour le groupe. Avec son rythme rapide, elle nous fait bouger en continu.

The power: une chanson unique qui colle parfaitement à l’album avec son air frais, fun et dance. La chanson a un coté oriental niveau instrumental, les refrains sont plus mystiques et le rap s’installe également avec Maimi et Chisato. On finit par l’écouter en boucle.

THE FUTURE: elle possède un peu le même thème et le même style que The Power. Elle a du punch, elle est puissante mais laisse un peu perplexe avec les choeurs (plus rapides). Les solos de Chisato sont simplement magnifiques. Une chanson forte et entraînante qui mérite un clip.

Tsugi no Kado wo Magere: elle nous rappelle la piste 7 mais en plus dramatique. Elle est plus sentimentale, touchante, émouvante et les paroles sont mises en valeur par les voix de Maimi, Chisato et Airi. Les cordes dominent et s’accordent avec cette touche pop/dance dans la mélodie. Mais il manque un petit quelque chose pour qu’elle nous en mette plein les yeux.

Gamusha LIFE: une autre chanson pour les 10 ans du groupe. Très optimiste, joyeuse, qui donne le sourire, elle parle de la longévité fraternelle, le tout sur un air calme et un fond dance. On peut aussi y entendre du rap. Elle est simple mais efficace et parfaite comme dernière chanson.


La dernière chanson est un bonus pour la version simple, Arigatou ~Mugen no Yell~. Un titre qui a servi à encourager, remercier l’équipe de lutte japonaise. Une musique bien transformée, parfaite pour les lives et les moments entre les fans et le groupe.



Pour ma part, je trouve que leur neuvième album est plutôt bien réussi même s’il manque parfois d’originalité. L’ordre des chansons est quand même déconcertant quoique cohérent (dans un sens). Les filles ont bel et bien grandi car leurs chansons sont de plus en plus matures. Il va satisfaire et ravir les fans du groupe qui l’an dernier a fêté ses 10 ans de carrière. On leur souhaite un 10ème album encore plus complet !
auteur: mai62
dernière mise à jour: 2016-02-01