fav
Artiste:
Type:
Date:
Titre / Artiste
Date
 Type 
Conférence de presse de miyavi à l’AnimagiC 2007/07/28
Date: 2007.09.30
 Conference 
Artiste:   miyavi  
Date of Conference: 2007.07.29
Après que Plastic Tree a quitté la pièce, pour la première fois il s’agit d’attendre. Quelque part au fond de la pièce, la porte s’ouvre et tout le monde se tait.
Miyavi arrive négligent, avec des lunettes de soleil, casquette de base-ball et un survêtement multicolore jusqu’à la table, il nous souhaite en allemand Bonjour en souriant et s’assoit. La responsable de R:ID explique encore une fois les points importants et nous laisse poser nos questions lorsque l’interprète s’annonce. Miyavi voudrait dire quelque chose avant de commencer.

Miyavi brise la glace avec un espiègle „Ha-Ha-Ha!“, ce qui nous fit rire et continua dans un bon anglais:
“ Bonjour tout le monde, je suis Miyavi de Tokyo. Je suis heureux d’être ici et j’apprécie beaucoup cela.“

Nous applaudissons et tout de suite après les questions commencent. La plupart des questions ont été posées en anglais et Miyavi répondit en anglais.

Qu’as-tu pensé, lorsque Yoshiki t’a demandé pour la première fois, si tu voulais participer au projet S.K.I.N?
D’abord je fus surpris, mais ensuite très heureux. Je ne suis plus dans un groupe depuis longtemps, c’est pourquoi j’ai décidé de faire partie du groupe de Yoshiki.

D’où puises-tu ton inspiration ?
Avant tout de mes sentiments, de ce que je vois et entend, lorsque je suis en voyage ou en promenade, lorsque je fais la fête ou je m’amuse. Et à la salle de bain. (rires)

As-tu pu déjà faire du tourisme ?
Oui, hier je suis allé me promener dans les alentours et je me suis acheté une saucisse à une baraque. C’était délicieux. (rires)

Tu changes de style assez souvent. De quoi t’inspires-tu ou d‘où viennent tes idées ?
Je pense que le style de mon habillement est du kabuki. Le kabuki est une part de la culture japonaise et aussi le visual kei y a puisé ses racines. Je pique différents éléments et je les combine pour mon style kabuki personnel. Comme mes cheveux par exemple. (il agite ses extensions et rit)

Demain, c’est ton premier concert en Allemagne. Quelles sont tes attentes ?
Mes fans viennent de partout seulement pour me voir. Cela me rend heureux. (sourire soudain) Hier j’étais dans la salle de concert et on m’a montré la scène. Il y avait des fans devant la salle et ils ont dû me voir. Very noisy (rires)

Comme tu l’as dit, les fans tressaillent, dès qu’elles entendent le nom de Miyavi. Qu‘en penses-tu: pourquoi es-tu si aimé?
(Miyavi rit et hésite, ce qui nous fait rire)
Humm...je ne suis pas sûr. (rit de nouveau) Peut-être mon style, ma musique ? (réfléchit) Non, vraiment, je ne sais pas. J‘essaie de faire mon chemin – avec mon style, avec ma musique.

T’intéresses-tu à la musique allemande?
Humm oui, j’aime Rammstein (rire général)

Qu’attends-tu de tes fans allemandes ?
Eh, la question n’a pas déjà été posée ? Egal. Je reçois parfois du courrier de fans d’Allemagne et cela me réjouit toujours. C’est pourquoi je veux que les fans du concert deviennent crazy !

Comment réagis-tu quand les fans non-japonais ne comprennent pas tes textes?
Ah, I don‘t give a fuck. (rire général) Non, vraiment, je ne m‘en soucie guère, si tous comprennent mes textes ou pas. Je parle aussi au travers de ma musique.

Avant ta carrière solo, tu as joué dans un groupe. Est-ce que ta perception de la musique et du travail d’équipe avec d’autres musiciens a changé ?
(il hésite et cherche ses mots) Ca a changé oui. Dans un groupe, on partage presque tout. Depuis que je fais de la musique tout seul, toute la responsabilité repose sur moi. Quand mon volume s’essouffle, je n’ai pas d’autre choix que de continuer. Et maintenant je suis ici…

En comparaison à avant, tu es plus vieux de quelques années. Te sens-tu responsable pour un groupe comme S.K.I.N maintenant que tu es plus mature? Est-ce plus facile pour toi de faire partie d’un groupe maintenant?
Puis-je répondre en Japonais ? (rires) Les autres de S.K.I.N, Yoshiki, Gackt et Sugizo, sont tous plus vieux que moi, donc je suis encore jeune. C’est beau de jouer de nouveau en harmonie comme guitariste avec d’autres musiciens et de pouvoir céder une partie de la grande responsabilité. En outre, nous avons tous nos projets solos et carrières en cours, donc je serai dans tous les cas encore en solo.

Cela m’intéresserait de savoir ce que tes parents pensent de ta carrière.
Comme la plupart des parents, ils sont derrière moi. Ils me soutiennent.

La question suivante a été posée par une femme directement en japonais, ensuite elle répète tout pour nous.
Le concert était très vite complet. Qu’en penses-tu?
Merci! (rires)

Il veut en dire plus, mais il est interrompu par une autre femme, qui pose soudainement sa question. Peut-être un malentendu ce qui amène un amusement général aussi du côté de Miyavi.

Que ressens-tu ou qu’est-ce qu’il te passe par la tête lorsque tu composes ta musique?
Parfois je pense que je peux jouer de la guitare pas si mal, mais peut-être je ne chante pas si bien. (rires)

Ouvriras-tu les inscriptions à ton fan club aux fans d’outremer ou d’Allemagne?
Je l’espère. Je l’espère beaucoup. Bientôt peut-être.

Que penses-tu des émissions-castings?
(rire général)
Les émissions en elles-mêmes ne sont pas mauvaises. Elles donnent une chance aux jeunes musiciens de faire quelque chose. Il y a plusieurs voies pour arriver au sommet à partir de rien, quand on essaie et qu’on le veut vraiment. Moi-même, je ne participerais pas une telle émission. (rires)

Qui se trouve derrière l’idée de S.K.I.N ?
En fait, nous contribuons tous à S.K.I.N..
(La responsable R:ID remarque que la question a été mal comprise et reformule la phrase avec plaisir)
Ah! Oui, tout est venu de Yoshiki. Yoshiki a créé le projet et nous a réunis. Il a aussi eu l’idée du nom S.K.I.N.

Tu prends ta guitare partout avec toi. Est-ce qu’elle s’est déjà cassée?
Humm, oui. J’ai volontairement détruit une guitare sur scène. (il rit et balance une guitare imaginaire sur le sol) Aussi à force de frapper dessus, pendant que je joue, les cordes se cassent parfois.

Combien de temps dure le tournage d’un PV?
La journée entière !

As-tu un quelconque objectif, que tu aimerais atteindre dans un futur proche ou lointain?
Humm...je n’ai pas d’objectif. Ma vie se terminera lorsque je mourrai. Jusque-là je continuerai à faire de la musique.

As-tu des groupies?
(rire général)
J’ai des groupies. (ricanement)
Reconnais-tu parfois des visages ?
Oui, mais…I don‘t give a fuck. (rires)
Donc aucun stalker jusqu’à maintenant?
Peut-être, mais je ne m’en fais pas.


A ce stade, nous sommes interrompus, car le temps est fini. Cependant Miyavi veut dire encore quelque chose pour conclure.

“Je vais apprécier au maximum mon temps ici en Allemagne et le concert de demain. Je vais vous montrer le nouveau rock japonais, style Kabuki ! Merci ! “


Nous applaudissons à la fin et chacun doit faire quelques photos. Ensuite, nous devons quitter la salle et il ne reste plus que les gens de la presse qui ont droit à des interviews exclusives. Deux ou trois personnes ont laissé des cadeaux. Dessous, il y a une grenouille mécanique qui commence à croasser fortement et à bouger ses pattes. Miyavi ricane et enfin rit. Enfin la porte se referme derrière nous et nous nous retrouvons parmi les visiteurs de l’AnimagiC.


Nous aimerions remercier R:ID Rock Identity pour nous avoir permis de participer à la conférence de presse.

© Cette conférence de presse a été retranscrite par Himawari et Kuraiharu pour Nippon Project
© Image Nippon Project


auteur: mikki
dernière mise à jour: 2009-10-27