fav
Artiste:
Type:
Date:
Titre / Artiste
Date
 Type 
Retour sur le dernier album de Platsic Tree
Date: 2016.01.29
 CD 
Artiste:   Plastic Tree  
Date of Release: 2015.12.23
3 ans après son précédent album, Ink, Plastic Tree sort son treizième album, Hakusei, le 23 décembre 2015. Il est à la hauteur d’albums tels que Dora Dora ou ammonite mais n’égale pas Utsusemi ou Nega to Poji. On y ressent d’ailleurs parfois certaines similitudes avec les albums Echo et Ink, notamment au niveau de l’intensité de quelques chansons. Un album plutôt original, surtout lorsqu’on approche la moitié de celui-ci. On peut d’ailleurs le diviser en deux : la première partie plus lumineuse et la seconde plus sombre. Petit bémol, il n’y a aucun clip. La cover est faite par Doroinu, elle est tout simplement magnifique et convient à merveille à cet album.



Trois chansons m’ont beaucoup plus : le trio des pistes 6, 7 et 8, une pure merveille.

Insomnia Blues: un morceau qui peut nous rappeler Elegy de Nega to Poji. La meilleure de l’album avec un équilibre et une solidité incroyables. Catchy, elle nous emmène au grès de la batterie et de sa mélodie psychédélique. Très optimiste (ressenti), lumineuse, légère, elle nous fait passer un agréable moment.

Float: un morceau plus paisible, délicat, yummy que nous a créé-là le groupe. On a l’impression de flotter tout au long de la chanson, et ce grâce à la voix de Ryutaro qui se fait plus intense à la fin de la mélodie (poème ?). Peut-être une inspiration tirée de The Cure. Petite préférence aussi pour les solos de guitare.

Rakka: une chanson plus vive, rock, harmonieuse, notamment au niveau des instruments (plus de pep’s). On en devient vite addict et on est emporté par la mélodie. Elle est parfaite pour se vider la tête !


Cependant, deux chansons m’ont déçue comme :
Kokuhaku: un titre qui aurait pu coller à l’album s'il n’était pas aussi décousu. Dommage car malgré sa simplicité, sa singularité, il est agréable. Son tempo calme et ses refrains plus punchy sont aussi efficaces (un peu trop mous lors des couplets).

Hakusei: même si ce titre peut créer la surprise, il n’en est pas moins ennuyeux. Plus la chanson avance, plus on se lasse. Pourtant tout était bien parti, la mélodie est plus relaxante, plus slow et la ligne de basse et le piano sont superbes. Dommage, d’autant plus que c’est la chanson titre de l’album.


Ensuite, nous avons l’intro et l’outro de l’album : ◯ Seibutsu et ●Seibutsu.
La première débute dans un bruit électro, de « machine », et devient plus légère, plus douce avec le piano. Cela donne un coté mystique, enchanteur mais simple à la mélodie.

La seconde, très similaire à l’intro, est aussi emplie de sérénité avec le piano, mais plus mélancolique, plus lente que l’intro. Une bonne fin d’album je trouve.


Le reste de l’album est très varié et propose de bonnes et agréables chansons :
Flask: une intro longue, lisse et forte, une mélodie joyeuse et addictive où l’on peut admirer le travail des musiciens, surtout de Kenken et Tadashi (nous rappelle la chanson Ink avec les riffs,…) mais aussi la « performance » vocale de Ryutaro.

Mime: une chanson plus électro, un peu psychédélique, mais dominée par l’auto-tune. On ressent un peu un manque d’harmonie mais on aime le grain de folie que le groupe apporte dans la chanson (on imagine bien les danses de Ryutaro sur cette chanson). Les refrains sont un atout majeur pour l’album.

Hashienda: un morceau étonnant qui aurait pu être l’un de mes coups de cœur si on ne l’oubliait pas aussi vite. La mélodie et la voix de Ryutaro sont plus « torturées » dans la chanson, aidée par une atmosphère plus pesante. Elle a un coté plus passionnant, plus magique que les autres titres. Le meilleur est tout de même le solo et les coups de batterie très intenses qui rythment la chanson. Une piste idéale pour le live !

Trashing Pumpkin Desumachi: une intro électro, une voix puissante, une mélodie heavy, catchy, très rythmée où l’auto-tune passe inaperçu et où la guitare de Kenken y est incroyable. La chanson est unique et assez étrange. Un titre idéal pour les headbangs et donc pour les lives !

Slow: un morceau plus mélancolique, empli de poésie et de sentiments tristes, appuyé par la voix légère de Ryutaro. La chanson possède une identité propre, elle est aussi rythmée par des voix féminines en fond sonore. Elle peut rappeler Amaoto d’Echo. Elle peut être parfaite pour un live, un moment entre le groupe et ses fans.



L’album Hakusei possède une forte individualité même si certaines faiblesses persistent (remarqué aussi dans les précédents albums, Dona Dona etc). La voix de Ryutaro s’est, quant à elle, améliorée mais on déplore l’utilisation de l’auto-tune ici qui gâche un peu la mélodie. Le son est plus féerique, plus lumineux que prévu, ce qui en est superbe. Un album qui devrait ravir les fans du groupe.
auteur: mai62
dernière mise à jour: 2016-02-01