fav
Artiste:
Type:
Date:
Titre / Artiste
Date
 Type 
Le clin d'oeil de BiSH à Full Metal Jacket
Date: 2016.02.28
 CD 
Artiste:   BiSH (Brand-new idol SHiT)  
Date of Release: 2016.01.20
BiSH (Brand-new idols SHIT) est un groupe de 6 filles, produit pas Watanabe Junnosuke du label WACK suite à la dissolution du groupe Bis début 2015. Ses membres actuels sont : Momoko Gumi Company, Saint Chihiro Chitti, Aina The End, Hug Me, et les deux nouvelles Hashiyasume Atsuko et Lingling. Le groupe est passé major il y a un mois en signant chez Avex et a sorti récemment (20/01) leur tout premier album major intitulé Fake Metal Jacket composé notamment de leur précédent single OTNK et des chansons issues de leur premier album indie éponyme. Le groupe fait beaucoup parler de lui pour son côté anti-idol non-conventionnel.



Les chansons de l’album sont pour la majorité écrites par les membres du groupe elles-mêmes et sont composées d’un mélange de styles très appréciable, comme les chansons ONKT et Dear… qui font d’ailleurs partie de mes coups de cœur de cet album. D’autres se ressemblent beaucoup trop (de 8 à 10) niveau instrumentales, rythmiques, … mais aucune chanson cependant n’a un impact négatif sur nos oreilles bien que certaines mériteraient un petit remaniement afin que nous puissions mieux les apprécier ou, au contraire, retrouver leur musicalité d’origine, comme BiSH- Hoshi ga Matataku Yoru ni-.


Parlons tout d’abord de ces trois chansons marquantes de l’album :
MONSTERS: même si cette chanson a été remaniée pour l’arrivée de deux nouvelles voix et pour l’album, elle n’en reste pas moins surprenante. Elle a pris une nouvelle direction, notamment dans le MV où elles semblent partir en guerre contre les autres idols « normales » pop. Les deux nouvelles voix apportent une certaine fraîcheur à la chanson, et ce malgré son côté électro/rock et la « brutalité » du chœur lors des refrains qui sont très prenants. L’atmosphère y est plus sombre, les instruments plus lourds, et contraste un peu avec l’intro plus pop. Les headbands et jumps vont pleuvoir lors de l’exécution de cette chanson qui est idéale pour le live !

OTNK: un morceau étonnant avec ce mélange de styles : d’un coté le métal et de l’autre la musique celte, folk qui rendent encore mieux lors des passages acoustiques. La guitare et la batterie sont dévastatrices dans cette chanson, positivement bien sûr. On entend aussi quelques instruments traditionnels japonais comme la flûte (shakuhachi ?). Les chœurs sont aussi superbes, plus soft, notamment lorsqu’ils sont en fond sonore. Deux voix ressortent, celle d’Aina The End et de Momoko Gumi Company, ce qui rend le morceau encore plus intéressant. Un morceau très beau et parfait pour s’amuser, décompresser, passer un bon moment.

Dear…: une des nouvelles chansons de l’album écrite par Momoko Gumi Company et ce sous la contrainte (pression accumulée etc). On remarque toute la combativité et la frustration dans ces paroles car la piste se finit en confrontation à la fin : voix féminines contre voix masculines. L’atmosphère menaçante ressentie démontre également cet état de combat, cette rage. Ce morceau est redoutable, excitant, fascinant et le rap apparaît également avec un flow assez déconcertant. Des cris féminins retentissent tout au long de la mélodie et en chœur. Une chanson très différente du reste de l’album qui vous ravira, surtout la fin du morceau avec la voix uniquement (quasiment a capella) qui termine parfaitement ce titre.


Trois autres titres m’ont beaucoup plu :
PRIMITIVE: on remarque deux voix particulièrement : Hug Me et Saint Chihiro Chitti en dehors du leader vocal Aina The End. Ce morceau donne le sourire grâce aux émotions et à la composition qui vont crescendo. L’intro est plus calme, guidée par des voix claires qui s’emportent plus par la suite lorsque le rythme s’accélère notamment lors des refrains car les couplets, eux, sont plus posés. C’est en bon ensemble où l’on remarque bien le travail du groupe.

ALL YOU NEED IS LOVE: un morceau empli d’émotions avec un tempo plus lent rythmé par la batterie et des voix plus posées, plus enfantines lors de la première partie de la chanson. Mais d’un seul coup, les instruments s’affolent, se font plus rapides et des voix plus graves, plus puissantes prennent le dessus. La seconde partie du morceau est beaucoup plus rock, plus punk et nous surprend, nous réveille de cette pseudo ballade. C’est notamment sur ce titre (première partie) que l’on distingue mieux les différentes voix. Elle nous fait un peu penser à Primal de BiS avec tout d’abord une ballade mélancolique et du punk anthem.

BUDOKAN ka moshikuwa TAMANEGI: une chanson écrite la nuit par l’une des membres. Une chanson propre à BiSH avec des émotions qui nous envahissent dès les premières secondes de la mélodie, aidées par ses voix claires et pures. Le morceau a plus de vie, plus de force lorsque les instruments s’énervent, notamment la guitare. Le chœur renforce ce sentiment d’espoir, d’envie ressentit lors des cris, du chant. Un bon titre qui termine bien l’album.


Ensuite revenons sur les 4 morceaux qui nous déçoivent, et plus particulièrement le trio des titres 8 à 10.
Toutes trois possèdent des styles musicaux assez rock avec un léger coté pop et, même si l’intro démarre de façon brutale comme pour departures, la suite du morceau se fait plus calme mais aussi plus fouilli. Les chansons ont un côté coloré, fun mais en deviennent vite lassantes, répétitives. On préfère de loin les couplets, notamment ceux de Want. Quant à Saraba kana, la seconde moitié du titre est nettement mieux. La présence des voix plus claires, plus hautes l’améliore et lui donnent plus d’émotions. Les instruments devraient plus varier d’une chanson à l’autre même si on reconnait qu’ils donnent la pêche et que le solo dans departures est formidable.

BiSH -Hoshi ga Matataku Yoru ni-: le second titre remodelé que je n’apprécie pas vraiment hormis la voix d’Aina The End qui est toujours aussi magnifique. Le coté pop a disparu, ne reste que le coté rock, il est également moins amusant, moins joyeux (même si les voix des filles ont l’air enjoué) et le rythme est plus ralenti. On s’imagine très bien la chorégraphie mais tous ces éléments sont beaucoup trop présents et répétitifs ce qui gêne l’auditeur et le lasse.


Contrairement à cette piste, Spark, un autre titre réenregistré pour l’occasion, s’en est beaucoup mieux sorti. Le rythme pop/rock de la mélodie nous ravie et les voix sont plus distinctes sur ce morceau, elles ne sont pas avalées, effacées par la batterie, au contraire elles s’envolent. D’ailleurs, on a même le droit à un instant unique avec cet instrument et une seule voix, un moment magique. C’est aussi la chanson la plus longue de l’album et elle définit bien la marque BiSH.


Pour le reste de l’album, il s’agit de bonnes chansons :
Beautifulsa: dès les premières notes, on entend la voix puissante, rauque, téméraire d’Aina The End mais c’est la voix de Momoko Gumi Company qui domine tout au long de la chanson avec sa voix plus « enfantine », plus douce. On remarque la cohésion, l’harmonie du groupe notamment lors des chœurs et le duo avec Hug Me est magnifique et marque un contraste, une scission merveilleuse avec Primitive. La mélodie donne de plus en plus de pêche, notamment dès l’entrée en matière (l’intro) avec ses notes fun et allègres. Une chanson forte qui va emporter l’auditeur.

Et pour finir, Migatte I Need You: une chanson rock dont le rythme ralentit à l’approche du refrain mais qui repart de plus bel dès son exécution. Un morceau intéressant avec toute cette palette de voix tantôt « nasillardes » à l’intro, tantôt fortes, rassurantes puis « parlantes » et plus douces, kawaii après les refrains et les parties instrumentales plus brutales. Il y a même un moment où la voix devient susurrante puis étrange.



Fake Metal Jacket dispose non seulement de nouvelles chansons mais aussi de titres remaniés pour l’arrivée des deux nouveaux membres, un choix de chansons qui n’a pas beaucoup ravi les fans, eux qui espéraient d’autres singles avant l’annonce d’un album, au lieu de la reprise de leurs titres indies. Mais que les fans se rassurent (hormis le second titre), le groupe a sorti un bon premier album, très varié et assez bien travaillé et écrit qui va en ravir plus d’un. Certes niveau instrumental les chansons sont parfois répétitives mais les mélodies sont catchy, solides, fortes en émotions, punk/rock (pour la plupart d’entre elles), bien exécutées et les voix sont belles et harmonieuses. Même si certains défauts sont perceptibles, c’est un bon premier album. Je vous recommande cependant, pour vous faire une idée, d’écouter leurs premiers titres issus de leur premier album pour voir l’évolution et le petit plus apporté par les deux nouvelles voix.





auteur: mai62
dernière mise à jour: 2016-02-28