fav
Artiste:
Type:
Date:
Titre / Artiste
Date
 Type 
the GazettE - DOGMATIC -Another Fate- au Shinkiba Studio Coast
Date: 2016.08.17
 Concert 
Artiste:   GazettE (the)  
Date of Concert: 2016.08.01
Le 1er août 2016, après une tournée en deux parties au Japon et une tournée mondiale, the Gazette ont donné au Shinkiba Studio Coast le premier concert du semi-final de leur tournée standing nationale DOGMATIC -Another Fate- se déroulant sur deux jours, mettant progressivement fin à la longue période DOGMA avant le DOGMA GRAND FINALE qui se tiendra le 27 septembre au Makuhari Messe.

En ce jour d'été particulièrement chaud, les fans semblent d'ores et déjà bouillir d'impatience en entrant dans la salle de concert, s'amassant devant la scène ou s'empressant de trouver la meilleure place avant que le live ne commence. Après un bref rappel des règles de base à respecter afin que tout le monde passe un bon concert en toute sécurité, les lumières s'éteignent brusquement, et de violents hurlements retentissent dans la salle. Les applaudissements des fans au rythme de NIHIL accueillent KAI, REITA, URUHA et AOI apparaissant sur scène à travers une épaisse fumée avant que la musique ne cesse progressivement et que RUKI ne fasse son entrée sur scène dans une lumière bleutée. DOGMA démarre, et le groupe vêtu des tenues du dernier single UNDYING plonge la foule dans son atmosphère mystique. Le public se renverse d'avant en arrière au rythme de la chanson emblématique de cette période, motivé par les cris du chanteur à faire de cette soirée un moment inoubliable. L'ambiance lugubre est poussée à son paroxysme par les choeurs et les fans ondulant leurs mains dans les airs tandis que les guitaristes semblent habités, AOI levant une main en l'air avec grâce à la fin de la chanson.
Le début de RAGE annonce plus de violence, et le chanteur exige des headbangs sur les riffs brutaux des guitaristes. REITA rejoint RUKI au centre de la scène, faisant des signes à l'audience. Des lasers rouges tremblent dans le fond de la scène lorsque RUKI hurle « COME ON ! » avant de tourner sur lui-même, et la batterie d'un KAI déchaîné regardant au ciel en hurlant motive à plus de haedbangs. Le dernier « All saints shall die » et les dernières notes de la chanson se répétant ramènent la salle au calme pour un court instant. Dès le lancement de ses premiers effets sonores, GABRIEL ON THE GALLOWS est accueillie par des hurlements de joie dans toute la salle. RUKI rejoint URUHA de son côté, tandis que REITA prend momentanément sa place au centre. Le pré-refrain au rythme lancinant pousse la foule à se renverser d'avant en arrière avant de danser avec entrain, de chanter avec RUKI les « daraku shite yuku » et de sauter à chacun de ses « GALLOWS ». URUHA motive le public qui danse une fois encore, faisant trembler la salle.

RUKI chauffe le public à nouveau après une très courte pause, puis le groupe démarre VORTEX, se confondant en headbangs avec ses fans. Les musiciens se déplacent sur scène et échangent momentanément de place, et la voix modifiée de RUKI annonce le refrain dansant de la chanson, déchaînant cris et sauts dans toute la salle. Le public ne fait qu'un, se joignant à la danse folle de the GazettE. Sous des lumières bleues, des riffs enragés démarrent CLEVER MONKEY, tandis que RUKI entame une danse lascive sur la plate-forme centrale. La chanson alterne brutalité et moments plus doux et mélodieux, réhaussée d'un solo mélancolique, nous transportant à travers différentes émotions. Des applaudissements distinctifs marquent le commencement de VENOMOUS SPIDER'S WEB, sous les encouragements d'AOI et URUHA. L'audience se défoule, entraînée par les cris de Reita.
La salle revient au silence et des lumières rouges oscillent telles des pendules à l'arrière de la salle. Chizuru démarre, une chanson peu jouée en concert par le groupe récemment, et des cris de joie retentissent dans le Shinkiba Studio Coast. Le public écoute dans le calme le chant mélancolique de RUKI, et AOI headbang avec violence durant le pré-refrain. KAI, quant à lui, semble absorbé par la tristesse ambiante, tandis que le chanteur pousse des cris douloureux et traînants, tombant à genoux à la fin de la ballade et répétant encore et encore le dernier « futari » d'une voix empreinte d'émotion.
L'intro de OMINOUS résonne dans la salle, maintenant l'atmosphère établie par Chizuru. RUKI se déplace lentement sur la scène en chantant d'une voix douce, et la ballade gagne en intensité à chaque seconde. Quelques headbangs accompagnent le break de la chanson, avant que celle-ci ne replonge dans la mélancolie pure. Lorsque KAI frappe sa batterie pour démarrer la partie la plus poignante de la chanson, la salle se rallume brusquement, et une énorme boule à facettes illumine toute la salle. L'émotion n'a de cesse de s'accroître jusqu'à ce que les cris tremblants de RUKI achèvent OMINOUS, mettant fin à la série de ballades.

Une courte pause fait revenir l'audience à la réalité, rapidement suivie par THE SUICIDE CIRCUS et les cris et danses qui l'accompagnent. Les lumières s'évanouissent, puis la salle s'éclaire à nouveau pour permettre au chanteur de s'adresser au public un instant. Celui-ci explique l'importance de suivre les règles et consignes de sécurité essentielles durant un concert et exprime le désir du groupe de faire plus de standing lives, qui lui permettent d'être plus proche de ses fans.
Le show reprend avec INCUBUS, et la foule hurle les « UN, DEUX, TROIS » motivée par un AOI enjoué, danse sur les refrains et se déchaîne durant les parties plus brutales sous les ordres de REITA avant que celui-ci ne tourne sur lui-même avec sa basse. L'enthousiasme de l'audience de faiblit pas durant LUCY, sautant et dansant sur son rythme endiablé.
La batterie de KAI démarre UGLY, et RUKI ordonne de lever les poings en l'air en rythme. Le public ne fait plus qu'un à nouveau et se confond en headbangs furieux, ne s'arrêtant brièvement que lors des refrains mélodieux, encouragé par tous les membres du groupe réunis à l'avant de la scène. Le chanteur annonce Kuroku Sunda Sora to Zangai no Katahane, qui maintient l'ambiance déchaînée des chansons précédentes. L'intro de ATTITUDE commence et les fans hurlent à tour de rôle avec RUKI les « UNTIL DIE » et « BREAK », avant que l'énergie émanant de la fosse durant les riffs de guitare impitoyables ne fassent trembler la salle encore une fois. Le chanteur crie « KILL MY PAST », annonçant ainsi BLEMISH, et les fans infatigables se défoulent, unis, sur cette chanson brutale qui les rapproche d'une pause bien méritée.
UNDYING, chanson titre du single du groupe sorti le 27 avril, ramène progressivement la foule à la douceur en alternant riffs violents et refrains mélancoliques. Les lumières s'évanouissent et la musique se prolonge un moment tandis que le quintet quitte lentement la scène, achevant la partie principale du concert.

Les fans appellent le groupe à revenir sur scène, et sont bien vite exaucés lorsque REITA, URUHA, AOI et KAI reviennent, le discours traditionnel du batteur réjouissant un public qui semble avoir repris des forces. RUKI réapparaît en dansant au son des applaudissements qui marquent le début de INSIDE BEAST, et le quintet se montre de plus en plus motivé, échangeant de places et sautant avec entrain, AOI se déhanchant en souriant. VERMIN, avec son rythme rapide, ne laisse pas une seconde de répit au public avec toujours plus de danses, de cris et de sauts.
Laissant la foule respirer quelques minutes, le chanteur reprend la parole un moment. Celui-ci s'exprime sur la longueur de la période DOGMA, et sur la satisfaction du groupe d'avoir pu en tirer autant, et ce alors qu'habituellement un album qui prenait environ une année à voir le jour ne donnait lieu qu'à une très courte tournée.
Le live reprend avec les riffs brutaux de LEECH, et KAI semble extatique derrière sa batterie, dans l'atmosphère brûlante du Shinkiba Studio Coast. HEADACHE MAN apporte un dernier moment de déchaînement, et la salle tremble sous les mosh pits incessants de la foule qui donne toutes ses forces guidée par la voix tremblante du chanteur. Celui-ci annonce la dernière chanson du rappel, et crie à tour de rôle avec le public avant que de nouveaux headbangs accueillent TOMORROW NEVER DIES. La fosse n'est plus qu'un immense mosh pit pendant les refrains, les fans partageant ce moment ensemble devant un quintet ravi. Durant le court moment de silence, RUKI, rejoint par URUHA au centre, le pousse en riant lorsque celui-ci s'approche plus près de lui, remercie l'audience, et reprend la chanson accompagné par le guitariste. De derniers sauts secouent la salle lors du solo, et le rappel s'achève dans les mosh pits et les slams. Le groupe salue un public exceptionnellement présent, et quitte la scène à nouveau.

Malgré les lumières rallumées et la musique de fin lancée, les fans qui restent sur leur faim demandent un second rappel, et attendent patiemment jusqu'à ce que the GazettE fassent enfin leur retour, annonçant LINDA~candydive pinky heaven~. Les applaudissements emblématiques de la chanson retentissent avant que les mosh pits et les slams ne reprennent de plus belle devant un quintet amusé qui n'a de cesse d'interagir avec le public. Le solo d'AOI ravit les fans, suivi d'un dernier moment de défoulement durant lequel ceux-ci se renversent d'avant en arrière en hurlant. La chanson se termine comme elle a commencé avec les applaudissements distinctifs tandis que REITA tombe à genoux sur scène et que KAI ralentit son jeu de batterie progressivement avant d'y mettre fin. Les cinq musiciens lancent médiators, baguettes et bouteilles, remercient l'audience, et quittent la scène pour la dernière fois de la soirée.

Le premier jour du semi-final de la tournée standing DOGMATIC -Another Fate- de the GazettE au Shinkiba Studio Coast nous a montré une nouvelle facette remarquable de la période DOGMA, qui malgré sa longueur n'a été à aucun moment redondante. Le groupe est toujours très proche de son public incroyablement présent et semblait ravi de jouer dans une telle ambiance, et bien que leurs seated lives soient tout aussi plaisants, c'était un réel plaisir de voir le quintet aussi heureux de jouer en standing après un long moment depuis les trois tournées fanclub Redefinition en 2014. Un concert très bien exécuté qui nous laisse plus qu'impatients quant au DOGMA GRAND FINALE du 27 septembre, ainsi qu'aux futurs projets du groupe.

SETLIST :

NIHIL
1 – DOGMA
2 – RAGE
3 – GABRIEL ON THE GALLOWS
4 – VORTEX
5 – CLEVER MONKEY
6 – VENOMOUS SPIDER'S WEB
7 – Chizuru
8 – OMINOUS
9 – THE SUICIDE CIRCUS
10 – INCUBUS
11 – LUCY
12 – UGLY
13 – Kuroku Sunda Sora to Zangai no Katahane
14 – ATTITUDE
15 – BLEMISH
16 – UNDYING

ENCORE
EN1 – INSIDE BEAST
EN2 – VERMIN
EN3 – LEECH
EN4 – HEADACHE MAN
EN5 – TOMORROW NEVER DIES

ENCORE2
EN6 – LINDA~candydive pinky heaven~



auteur: Coline
dernière mise à jour: 2016-08-18