fav
Artiste:
Type:
Date:
Titre / Artiste
Date
 Type 
Premier de JAPAN EXPO 2016.
Date: 2016.11.02
 Convention 
Artiste:   Fuka Mariwo   EGU-SPLOSION   Cheeky Parade   ROA  
Date of Convention: 2016.07.07
Du 7 au 10 juillet, a eu lieu comme à son habitude à cette époque de l’année, Japan expo 17ème impact. Le festival réunissait une fois de plus tout ce qui peut faire plaisir à un fan ou amateur du pays du soleil levant : de la musique avec ses events de la Karasu stage à Yuzu stage, des défilés de mode ou cosplay (ECG) à l’Ichigo stage, des stands avec divers goodies, nourritures, vêtements, accessoires,mangas,… venues tout droit du Japon et depuis quelques temps de la Corée du Sud disponibles tout au long de l’expo mais aussi ses différentes sports (baseball) arts martiaux et jeux vidéos que le public a pu tester, pratiquer durant ces quatre jours. De plus, cette année Japan Expo inaugure les Tremplins de la J-Music tout les après-midi sur la Karasu stage ainsi vous avez pu y découvrir ROA ou encore ZEZE HAHA.

Jeudi et premier jour du festival, s’annonce riche en émotions avec notamment le concert de Psycho le Cému en fin d’après-midi, leur premier live en France après leur comeback l’an dernier au Japon. Des fans de la première génération qui comme moi, sont ravis de les voir sur scène pour la première fois mais on y reviendra plus tard.

La première artiste que je découvre est Fuka Mariwo, une artiste spécialisée dans la musique traditionnelle japonaise reconnue pour sa voix cristalline très féminine qui fait découvrir à son public la beauté des chants folkloriques japonais grâce à sa voix mais aussi à son instrument, le shamisen, qu’elle emporte tout le temps sur scène. Le show débute vers 11h et une petite vidéo présente l’artiste ainsi que son instrument avant qu’elle n’arrive sur la scène Sakura. La musique est à la fois traditionnelle et possède cependant quelques sonorités pop que la public a l’air d’apprécier. En effet, Fuka précise que c’est de la «nagauta-pop» (« nagauta » est une forme de chant traditionnel que l’on peut retrouver dans le théâtre kabuki). Elle s’adresse alors aux gens présents lors du live en précisant que c’est grâce à sa grand-mère qu’elle maîtrise aussi bien l’instrument car c’est elle qui lui tout appris, qui lui a donné envie d’en jouer. «please listen to my song» déclare Fuka avant de dire « merci » et de poursuivre sa démonstration. Elle enchaîne avec deux autres titres cette fois-ci au shamisen dont «Niji wo koete». Elle poursuit avec une chanson où elle chante en français «le temps des cerises» (Dahlia ending), une belle chanson nostalgique et triste qui suit à merveille sa voix de soprano. Elle termine le concert par une ultime chanson sans son shamisen cette fois-ci. Elle quitte ensuite la scène après un dernier merci et salut au public français. Ce n’est pas la première fois que Fuka Mariwo venait à Japan expo puisqu’elle était présente l’an dernier lors du festival et on espère le revoir très vite en France pour qu’elle fasse découvrir cette version de la «nagauta-pop» dont elle est l’une des seules représentes aujourd’hui.


Vers midi, je retrouve sur la scène Yuzu, le duo EGU-SPLOSION composé d’Obara Yoshio et Machaaki. Ils forment un duo qui mêle à la fois dance, chant et comédie tout en racontant l’histoire du Japon. Après une courte vidéo humoristique en « français » (playback) où le duo veut être ami avec tout le monde, le duo débarque sur scène en continuant leur mise en scène. Ils commencent alors à surprendre et à faire rire le public avec leur danse endiablé sur une mélodie electro/dance : «l’incident du Honnô-ji » suivit par «Imoko». Au bout de quelques minutes, le duo se dévêtit et prend alors la parole. Il initie par la suite le public à leur danse en leur enseignant quelques mouvements de la chorégraphie qui suit. Les paroles de leurs chansons étaient d’ailleurs traduites en français. Ils vont d’ailleurs plusieurs fois encourager le public à chanter et danser avec eux : «ikki !! ikki… !!» sur «la rébéllion de Shimabara». Le groupe poursuit le show avec une chanson au rythme plus rapide et le rap fait son apparition avec «chameleon». Le duo quitte la scène Yuzu sous les applaudissements, un peu essoufflés et ravis de leur performance. J’ai beaucoup apprécié ce duo avec cette énergie communicative incroyable et cette innovation du côté de la mise en scène, de leur performance. On espère les revoir en France très bientôt et que vous ayez pu assister à l’un de leur live car EGU-SPLOSION en vaut le détour!

Après une courte pause déjeuner, départ pour la première édition des Tremplins de la J-music avec deux artistes/groupes qui débute vers 13h45. Les premiers a inauguré la Karasu stage de ce 17ème impact, c’est ROA (qui signifie «patrimoine de l’ancêtre»). Un groupe de rock indie formé en avril 2015 par le batteur Akaba (SNAIL RAMP) selon le concept de "Wayo Settyu", une musique qui mélange à la fois le style occidental et japonais, le rock et le Tsugaru shamisen, l’un des instruments japonais les plus célèbres. Une courte vidéo introduit le groupe avant que celui-ci n’arrive sur scène. Le groupe est très énergique, rock et communique beaucoup avec le public qui réagit plutôt bien à leur musique. Tout les membres s’agitent et dynamisent la scène. Entre les chansons, le chanteur Masamoto parle en anglais ou en japonais au public et présente à son tour les membres du groupe ainsi que le shamisen joué par Moroboshimann. Il encourage souvent durant le live, la salle à sauter ou à chanter leurs refrains qui restent facilement en tête. Après un ultime titre, le groupe remercie Japan Expo et le public, et quitte la scène.
Durant quelques minutes et pendant le remplacement des instruments, le public parle du groupe et a apparemment laissé une bonne impression sur l’assistance.
Le second artiste du Tremplin de la J-music est annoncé, c’est Takaaki Konno, un artiste aux multiple casquettes puisqu’il est compositeur, producteur, chanteur mais aussi seiyuu. Il a d’ailleurs surpris le public l’an dernier en se dévoilant version féminine pour son troisième album, Anime Uta. Les musiciens jouent pendant quelques minutes avant qu’il n’arrive sur scène et ne commence à chanter. Il reprend alors différents génériques d’animes ou de films comme celui de Gegege no Kitaro, Chala head chala de DBZ, Pegasus Fantasy de Saint Seiya ou encore Mirai he no tobira, un de ses titres qu’il a écrit en 2011 pour les victimes après le tremblement dans la région du Tohoku. Le public chante en chœur ses classiques et est ravit de ces prestations. Takaaki Konno prend d’ailleurs 2/3 fois sa guitare durant quelques titres lors de moments plus acoustiques. Après un rapide au revoir, il quitte la scène suivit de ses musiciens.

La salle se remplit et se vide peu et pour cause c’est le groupe Cheeky Parade qui débarque après sur la Karasu stage. Beaucoup de fans dont pas mal d’étrangers sont venus voir ce groupe coloré composé de 9 filles : Watanabe Asami, Sekine Yuna, Suzuki Yuriya, Shimazaki Rino, Mizorogi Seran, Nagai Hina, Suzuki Mariya et Yamamoto Marin. Après avoir participé au CBGB festival à New York (2014, les premières a avoir foulé ce festival) ainsi qu’au Moshi Moshi Nippon Festival (au côté de capsule, World Order, Tempura Kidz,..) à Paris l’an dernier, les filles sont de retour en France pour le festival et vont ainsi faire découvrir ou redécouvrir au public français, leur énergie et leur franc parler lors de leur performance. Elles sont surexcitées, survoltées et enchaînent les chorégraphies et les titres, elles sont infatigables! Au milieu de leur live, elles se présentent une à une en français aidé par leur leader, Yuriya Suzuki, qui reprend ensuite la parole en exprimant au combien elle est heureuse d’avoir pu revenir en France. Elles reprennent ensuite le show et les fans sont incollables et chantent avec elles en chœur les refrains et refont même les chorégraphies. Elles parlent de nouveau et font quelques blagues entre elles entre deux sourires et parlent également du départ (pause) de deux de leur membre :
Suzuki Mariya et Marin Yamamoto pour leurs études à LA pendant deux ans. Elles souhaitent d’ailleurs que les fans viennent les encourager pour leur dernière performance dimanche. Après un ultime au revoir, Cheeky Parade quitte la scène ravie et satisfaite de leur performance. Durant leur concert, les filles ont interprétés divers chanson comme Cheeky dreamer, we are the greatest nine9’, superstar, bun bun nine9’, monst@r ou encore C.P.U !?. le public était plus que ravi de retrouver ses 9 jeunes filles, enjouées, dynamiques, facilement abordables et souhaite comme nous pouvions l’entendre après leur live, les voir prochainement lors d’une tournée européenne avec bien entendu une date à Paris !


Le dernier groupe a se présenter sur la Karasu stage n’est autre que Psycho Le Cému, un groupe que j’avoue avoir beaucoup attendue et que j’apprécie particulièrement depuis quelques années et qui est l’invité d’honneur de cette nouvelle édition. Psycho le Cému est assez connu pour les fans de visual kei surtout pour les premiers amateurs du genre, ce sont des précurseurs de ce style de musique. Leur show débute par une vidéo qui parle de l’histoire du groupe, leur naissance, de ces 5 personnages qui doivent combattre le «murder dragon». On aperçoit alors les 5 membres sur scène et tel des personnages de RPG, se présente à l’annonce de leur nom. On découvre ainsi leur « fiche » dont leur force et faiblesse. Les premiers personnages à vouloir défier le dragon ne sont autres que DAISHI (avec excalibur), Aya et Yura-sama qui échouent mais seek lui réussit à infliger quelques points de dégâts au monstre avec une arme imparable, un papier où il y est inscrit son nom. Les autres sont surpris malheureusement le «murder dragon» gagne en puissance et attaque, les héros sont game over.

Le public doit alors acclamer le groupe pour qu’ils ressuscitent. Les héros reviennent à la vie et entament une chorégraphie où l’on peut admirer tous les membres qui chantent et qui dansent. Le public se prête au jeu et fait de même. Les screams de seek retentissent pendant que DAISHI chante avec lida et que Yura-sama et Aya dansent en harmonie. Seek et lida prennent ensuite leur instrument pendant que les trois autres continuent la chorégraphie. Le final de cette chanson s’annonce après le jet de pétales de roses à l’aide d’éventails de la part d’Aya et de Yura-sama sur DAISHI. Une courte pause a lieu avant que celui-ci ne relance le show et après que tout le monde n’est repris sa place. Le groupe va interpréter 3 autres chansons dont Akiramenai DAYS et Ai no Uta. La dernière est suivit d’une danse à laquelle le public participe. Le groupe remercie beaucoup le public par l’intermédiaire de DAISHI mais aussi de Seek qui prend beaucoup la parole durant le concert. Yura-sama fait quelques mimiques rigolotes avant de partir définitivement sous les cris et applaudissements du public.pas mal de fans sont d’ailleurs venus exprès à Japan Expo pour voir, rencontrer , entendre le groupe lors du festival. On espère bientôt que le groupe se lancera dans une tournée européenne pour avoir la joie à nouveau de les retrouver sur scène, lui, leur univers et leur musique que l’on apprécie tellement !

Malheureusement les shows à Karasu ayant pris un peu de retard je n’ai pu assister à d’autres lives ce jour-là devant me rendre au concert de MAN WITH A MISSION ayant lieu sur Paris ce soir-là. Live report que vous pouvez retrouver bien entendu sur notre site.

auteur: mai62
dernière mise à jour: 2016-11-21