fav
Artiste:
Type:
Date:
Titre / Artiste
Date
 Type 
Interview avec CANIVAL
Date: 2017.06.07
 Interview 
Artiste:   CANIVAL  
 
Quartet montant de la scène Visual Kei venu de Shikoku, le groupe CANIVAL, à l'occasion d'un concert à Tokyo, à accordé une interview exclusive à Nippon Project à l'intention des fans hors du Japon, à l'approche de leur prochain oneman qui aura lieu le 8 Juillet au Shinsaibashi BRONZE.

Présentez-vous à nos lecteurs.
Haruya: Haruya, guitariste de CANIVAL. J'assure la partie « kawaii » du groupe, avec du rose.
Kosuke: Kosuke, le guitariste aux cheveux rouges de Shikoku.
Siki: Siki, chanteur de CANIVAL, j'écris les textes et je compose les musiques.
Luvia: Luvia, à la batterie. Je suis le diable du groupe.

Expliquez-nous un peu l'histoire de votre groupe.
Siki: Il y a 3 ans, nous avons formé le groupe Hiz à Shikoku. En mars de l'année dernière, nous avons changé le nom du groupe en CANIVAL.
Luvia: J'ai rejoint Hiz en cours de route, et nous avons été 5 membres pendant 6 mois avant que le bassiste ne quitte le groupe. Ensuite nous sommes devenus CANIVAL.

Qu'envisagez-vous pour CANIVAL dans un avenir proche ?
Siki: Depuis la fin de l'année dernière nous avons commencé à faire des concerts à Tokyo, et à l'avenir nous aimerions à jouer à nouveau à Tokyo mais aussi dans des villes où nous ne sommes pas encore allés.

A quel âge chacun de vous a-t-il commencé la musique ? Quelle raison vous a poussés à rentrer dans un groupe ?
Siki: A 15 ans j'ai fait mon premier concert avec mon père. J'ai ensuite formé un groupe de reprises de Visual Kei, puis j'ai commencé à créer des musiques originales, jusqu'à maintenant. J'ai voulu avoir un groupe du fait que mon père jouait lui-même dans un groupe.
Haruya: J'ai commencé la guitare à 19 ans, et j'ai donné mon premier concert à l'âge de 20 ans. Si j'ai voulu avoir un groupe, c'était par esprit de rébellion envers la société. (rires)
Kosuke: A 15 ans j'ai eu l'occasion de jouer de la guitare pour la première fois, par la suite j'ai eu un groupe de reprises avec des camarades de classe. A l'époque, quand je regardais des DVDs de X Japan, je ne pensais pas que c'était quelque chose que je ferais moi-même, mais j'ai fini par me rendre compte que je voulais vraiment être dans un groupe.
Luvia: J'ai commencé à faire de la musique à 18 ans. J'aimais le Visual Kei et je voulais avoir un groupe. J'en ai eu un premier, puis j'ai rejoint Hiz.

Pourquoi avoir choisi la scène Visual Kei ?
Siki: A la base, j'aimais d'autres genres de musique, mais quand j'ai décidé de former un groupe, comme les autres membres aimaient le genre Visual Kei, je m'y suis intéressé aussi.
Haruya: J'ai été impressionné en voyant des musiciens en onnagata (s'habillant de façon féminine).
Kosuke: Il y avait l'envie de changer d'apparence tout d'abord, et la première fois que j'ai vu des groupes de Visual Kei, j'avais envie de devenir comme eux.
Luvia: J'aimais le Visual Kei de base. On peut s'exprimer à travers le look aussi, et créer un univers unique en utilisant à la fois la musique et l'apparence.

Quels sont les artistes qui vous ont influencés ?
Siki: the GazettE.
Haruya: Rame (Vidoll, Black Gene for the Next Scene)
Kosuke: hide.
Luvia: Aucun artiste en particulier, la scène Visual Kei entière je dirais.

Quel message souhaitez-vous transmettre aux fans avec votre musique ?
Haruya: Je veux donner du courage aux gens à travers ma façon de jouer et mon attitude de scène.
Kosuke: Je veux bien sûr que nos fans aiment nos lives, mais je souhaite aussi qu'ils mettent leurs propres expériences et sentiments, bons ou mauvais, dans nos chansons, pour qu'ils continuent de les apprécier par la suite.
Siki: Dans notre monde, il y a beaucoup de choses et de personnes malsaines et dans mes textes je parle beaucoup de cela et du mauvais côté des gens, mais en réalité ce n'est pas que je veuille chanter sur ces choses en particulier, mais plutôt les montrer comme un mauvais exemple à ne pas suivre, il faut lire entre les lignes.
Luvia: Je pense que beaucoup de gens peuvent se retrouver dans nos paroles, donc je voudrais que les fans les écoutent et les comparent à leurs propres émotions.

Quelle chanson recommanderiez-vous à nos lecteurs qui ne connaissent pas encore CANIVAL ?
Siki: Gekitsuu
Haruya: Gekitsuu
Kosuke: J'ai cette image très énergique et passionnée des fans de l'étranger. Je pense que Shallow People avec les cris tous ensemble sur le refrain est la chanson qui colle le plus à cet esprit.
Luvia: Doku Romance

Quels sont vos projets à la suite de la promotion du single Kodokuheki no Memento Mori ?
Siki: Bien sûr, nous ne pouvons pas rentrer dans les détails pour l'instant. Mais nous pensons à changer le concept pour la prochaine sortie, peut-être que ce sera plus gai, ou bien plus sombre. Vous en saurez plus à ce moment-là, soyez patients !

Pouvez-vous nous raconter des anecdotes sur le tournage du clip de Kodokuheki no Memento Mori ?
Siki: La pire vidéo à tourner était Gekitsuu. Dehors, en plein hiver, et j'ai du entrer dans la mer, c'était terrible. (rires) En comparaison, Kodokuheki no Memento Mori qui a été tournée en intérieur et en grande partie finie en une journée, c'était tranquille. (rires) On a pu tourner la vidéo agréablement et dans de bonnes conditions. Il n'y a pas vraiment eu de happening.
Kosuke: De base, j'ai toujours eu des costumes ouverts au niveau du ventre, sauf avec le costume précédent, puis j'ai à nouveau eu un costume ouvert sur le ventre pour Kodokuheki no Memento Mori, et je me souviens d'avoir passé une bonne partie de la fin du tournage devant le chauffage. (rires)
Haruya: Les bento au poulet frit qu'on s'est fait livrer étaient vraiment bons. (rires)
Luvia: Le cameraman était l'un de nos cadets, ça a rendu les choses très simples.

Si CANIVAL était une famille, quel rôle tiendrait chacun de vous ?
Siki: Je ne dirai pas les noms, mais il y a la grand-mère, le petit frère et le chien.
Luvia: Siki est le père, Haruya est la mère, et Kosuke est mon jumeau plus jeune. (rires)

Voudriez-vous faire des concerts à l'étranger si vous en aviez l'occasion ? Dans quel pays aimeriez-vous particulièrement aller ?
Siki: Bien sûr ! J'aimerais faire une tournée à l'étranger un peu partout. Pour du tourisme, j'aimerais beaucoup aller en Italie.
Haruya: J'aimerais vraiment faire des concerts à l'étranger ! J'ai envie d'aller en Angleterre, j'aime beaucoup la mode.
Kosuke: Bien sûr ! Pour moi, ce serait l'Allemagne.
Luvia: J'aimerais beaucoup. Je voudrais aller un peu partout en Europe, notamment en France.

Quel est l'objectif de chacun en tant que membre de CANIVAL ?
Siki: Nous avons beaucoup d'objectifs en tant que groupe, mais personnellement, je voudrais en tirer beaucoup de force.
Kosuke: Je pense qu'il y a beaucoup de guitaristes aux cheveux rouges qui admirent hide, mais je veux me démarquer des autres.
Haruya: Conquérir le monde.
Luvia: Je voudrais que l'on devienne un groupe tellement énorme que lorsque les gens entendraient le nom CANIVAL, il n'y aurait personne qui ne connaîtrait pas.

Dans quel état d'esprit êtes-vous concernant votre prochain oneman au Shinsaibashi BRONZE le 8 Juillet ?
Siki: Nous allons faire de notre mieux pour que ce live surpasse les précédents.
Haruya: Je veux montrer des choses qui ne peuvent être vues que lors d'un oneman.
Kosuke: C'est une occasion de voir nos points positifs et négatifs, pour que ce oneman surpasse notre dernier oneman à Takamatsu.
Luvia: Je veux faire venir plus de monde que jamais à ce concert.

Un message pour nos lecteurs venant de l'étranger ?
Siki: Attendez-nous !
Haruya: Je vous apporte le kawaii alors attendez-nous !
Kosuke: WE ARE CANIVAL
Luvia: Je crois qu'il y a beaucoup de gens à l'étranger qui aiment les piercings et les tatouages, et je serais heureux si de là ils s'intéressaient à CANIVAL. Notre musique est aussi plutôt violente, alors ne manquez pas de venir nous voir !

Site officiel
Twitter

Remerciements aux membres de CANIVAL pour nous avoir accordé cette interview.
auteur: Raven
dernière mise à jour: 2017-06-11